Musée

Le musée Vannier

Rappel historique du musée

Le Musée Régional de l’Orléanais, appelé également Musée Dunois, a été créé en 1927 par la Société des Amis du Vieux Beaugency. Il a aussi été appelé Musée Vannier en hommage à un de ses conservateurs qui mit sa passion au service du patrimoine régional assemblé dans le château de Dunois.

Répertorié en 1937 parmi les 25 principaux musées d’ethnographie régionale, il a ensuite reçu l’appellation « Musée de France », conférant ainsi un intérêt public à cette collection qui doit depuis répondre à la loi Musée, codifiée au Code du Patrimoine.
En raison de la vétusté du château, ce musée a fermé ses portes en 2002 et les collections ont été remisées en entrepôts.
C es collections exposées dans le château, issues de dons et d’acquisitions municipales, couvraient plusieurs domaines. On pouvait y voir des objets domestiques, des objets d’art populaire, des meubles régionaux, des vêtements traditionnels, des pièces liturgiques, des peintures et des sculptures. On y découvrait également un fond archéologique et de sciences naturelles.

Les activités de l’artisanat et du commerce étaient présentées à travers des reconstitutions d’ateliers et d’échoppes.

Un important fond documentaire, couvrant essentiellement l’histoire locale et régionale, était accessible aux chercheurs.

Aujourd’hui

Déplacées à deux reprises, les collections ont eu à souffrir du transport et du stockage dans des conditions précaires, ainsi que de conditions de sécurité qui ne permettent pas d’assurer qu’aujourd’hui la collection se trouve être dans son intégralité.

Dans son stockage actuel, une grande partie de la collection se trouve dans des contenants qui sont éventrés, d’autres portent des traces d’humidité, des bois sont abimés. La présence d’insectes est évidente dans des bois et des tissus. Certains objets sont à l’air libre, en grand désordre.

Une autre partie se trouve dans d’autres salles, dans des contenants sains et bien préservés. Pour cette partie, objets, meubles, tableaux et documents semblent certes pour la plupart en bon état, mais abandonnés, oubliés dans des entrepôts, remisés dans une obscurité qui les dérobe depuis 14 ans à la vue du public.

C’est vraiment un patrimoine en péril.